blason bleulogo n3bL'Arbre des Maupilé
s'est bâti
autour
de

"NOS TROIS BRANCHES"
    
M.C.M     M.V.M    M.F

Bienvenue sur le site des
Maupillé, Maupillier, Maupilet, Maupiler....

Parcourez ces pages en faisant votre choix
dans le sommaire et découvrez
l'histoire de ces familles et des infos sur l'association "N3B".

Accédez directement à
la Généalogie des Maupilé,
gérée sous webtrees,
en cliquant sur l'arbre ci-dessous

 

La base des Maupilé est forte de plus de 30.000 individus et , Maupilé et collatéraux.

Nous avons peut-être de ancêtres communs?
Alors partageons nos données et bientôt 9000 médias pour
faire grandir ensemble l'arbre de nos familles.

   

Nous avons 10 invités et aucun membre en ligne

   

Plusieurs des réunions du C.A de N.3.B se sont tenues aux environs de Bressuire.

Ce fût l'occasion, à quelques kilomètres de là, de franchir la porte d'entrée
                               du Parc Oriental de Maulévrier (49)


 
le dépaysement annoncé était au rendez-vous.

Celles et ceux qui aspirent à un peu de quiétude, dans un monde bien
turbulent pourront y aller flâner quelques instants : exotisme assuré sous le ciel deux-sévrien.

JyM, août 2015

Ps : vous pouvez en profiter pour découvrir les pages du site-cousin, celui des :
                              Minguet Mainguet en Aunis et Saintonge

d
énommé aussi  Mainguet & Minguet de Charente-Maritime

 

 

Nos Trois Branches à Chanteloup

Alors que l'association « Nos Trois Branches » tient pour la première fois son Assemblée généarale à Chanteloup, il eût été regrettable de ne pas signaler le livre de Pascal Paineau, monographie de la commune de Chanteloup au XVIII° siècle. Une note de lecture de cet ouvrage retrouvé récemment dans une foire aux livres, vous sera proposée dans un prochain bulletin.
paineau chanteloup 1
paineau chanteloup 2

Rappelons que, Pascal Paineau a croisé la route de Maurice Maupilier et de l'association, il y a quelques années. C'est un « cousin de la branche MCM» descendant d'Absalon Maupillier et retrouvez sa généalogie p 338 du livre et 14-15 du supplément et dans l'arbre des Maupilier sous le lien suivant « pascal paineau ».

Vous pouvez retrouver Pascal Paineau, passionné d'histoire en son jardin de Riparfonds près de Bressuire, en particulier lors de la Journée des Jardins et ici sur le site :   Parcs et Jardins de France

JyM 2015

Qui connait ce lieu? Quel rapport avec Nos Trois Branches?


agrandir la vue de carte

ajouté par Jean-Yves le 25-9-2013:
voir l'article "les maupilé en pays gavache" pour connaître les raisons d'un lieu dit Maupilé en nord gironde

L'assemblée générale de l'association aura lieu le 10 juillet 2011 au Puy du Fou.
Chacun s'active pour la préparer et finaliser les interventions.
Nous aurons à reparler du projet du LIVRE 3, une suite à l'histoire des Maupilier de M.M.  

Il faut bien le dire, les volontaires appelés à participer à ce travail collectif ne se bousculent pas. Et pourtant, ce projet n'a d'intérêt que s'il est collectif et associatif.

C'est la raison pour laquelle, j'ai pris l'initaitive d'écrire à nos "anciennes plumes", Christelle - Frédéric Augris et Pascal Paineau, pour les informer de ce projet et les inviter à participer d'une façon ou d'une autre en fonction de leurs disponibilités.

Pascal Paineau m'a aimablement fait savoir qu'il ne s'opposait pas à ce que son travail antérieur, se rapportant "aux maupilier" puisse être éventuellement et si nécessaire repris dans le livre. Je l'ai remercié et promis de le tenir informé de l'avancement de notre projet. 

Les circonstances de calendrier ont été l'occasion d'un contact inopiné sur le terrain lors des "rendez-vous au jardin" des 3,4, et 5 juin 2011, avec la visite du jardin de Riparfonds une réalisation au fil du temps .......de Dominique et Pascal Paineau.

Bien que le sujet ne soit pas dans la thématique du site, mais mêlant terroir et histoire, je ne résiste pas au plaisir de vous convier à une visite virtuelle en vous invitant à cliquer sur le lien ci-après : RIPARFONDS

St Macaire en Mauges - interieur de l'église colonnes en granit rose de la localite - exploitation MaupillierUn petit article est apparu dans le livre Les mots des mines et carrières du Maine-et-Loire de Gérard Linden (2005)

voici un petit extrait de l'édition 2004 qui concerne notre famille, Mais je pense qu'il n'est pas tout à fait correct. Qui peux m'aider à le corriger?

 

•BOIS-GIRARD
La carrière du Bois-Girard, située à Saint-Macaire-en-Mauges, fut ouverte en 1835, par M. René Auguste ou René Prosper Maupillier. (quelle est le bon nom ??)

Né en 1816. M. René Auguste Maupillier appartenait à une famille de tailleurs de pierre originaire de Mortagne en Vendée.

(AR: D'après mes connaissances il n'y avait que des tisserands dans cette branche de la famille , seulement
Jean Guérin, l'époux de Félicité Marie Maupilier, puis

Marie Eugène Merlet, l'époux de Victorine Marie Louise Maupillier,
étaient tailleurs de pierre
)

De 1857 à 1862, l'entreprise de M. René Auguste Maupillier réalisa une œuvre remarquable, pendant la construction de l'église de Saint-Macaire-en-Mauges. M. Liberge, de Nantes, établit les plans de l'église en 1856. Le curé Bretault désirait que l’on utilise entièrement du granit rosé. Il pensait que cela coûterait moins cher, par économie de transport. M. Liberge et le curé Bretault trouvèrent un compromis pour l'utilisation du granit de la carrière du Bois-Girard et du tuffeau de Saumur. En effet, l'architecte savait que ce matériau était plus facile à travailler. Cependant, M. Liberge hésita à choisir M. Maupillier car il ne le croyait pas capable de fournir des monolithes pouvant supporter la voûte de la nef. Nous avons d'ailleurs un écrit de cet architecte, daté du 22 janvier 1857 où il doute que les tailleurs de pierre se rendent bien compte du travail. Les colonnes font plus de 6 mètres de hauteur. Je comprends difficilement comment ils pourront extraire des pierres de celte dimension.

M. René Auguste Maupillier ne se laisse pas impressionner par les dire de l'architecte et il relève le défi. Il ouvre pour cela une nouvelle carrière, proche du Bois-Girard et en extrait les huit monolithes mesurant alors 6.60 m de hauteur et 0,80 m de diamètre. Ces huit blocs pèsent entre 7 et 8 tonnes chacun. Acette époque, le granit utilisé pour confectionner ces colonnes est extrait sur faible profondeur. On explique ainsi pourquoi elles présentent, pour certaines, des taches provoquées par le salpêtre. Le plus difficile pour M. Maupillier, dans ce travail fut les relations avec certains employés de la carrière. Il y a d'abord. M. Adrial, le maître d'oeuvre qui est remplacé dès le printemps 1859 par M. Goin de Condée. Il y a également de fortes tensions avec M. Martin, le contremaître qui buvait beaucoup. Il fallait souvent aller le chercher à l'auberge. De plus, ce dernier était brutal avec les ouvriers.

D'autres problèmes se sont posés pour M. Maupillier, avec les curés successifs, à cause du manque d'argent pour se faire payer.

Cependant, et le fait est remarquable, quatorze ans plus tard, en 1876, M. Maupillier honorera la commande de la flèche de l'église qu'il fera à partir du granit venu de Montigné.

Le polissage apparaît au début du XXe siècle dans les carrières de granit de Saint-Macaire-en-Mauges. C'est la première commune du Maine-et-Loire à le pratiquer. Bloc de fonte parallélépipédique muni d'une poignée, le martin était promené par le polisseur comme un fer à repasser, mais en respectant un trajet en forme de huit sur le bloc de granit taillé. De la grenaille d'acier était alors parsemée en même temps sur le bloc de granit qui était également mouillé. Cette grenaille était utilisée de plus en plus fine à mesure que le polissage s'effectuait. Le brillant final était obtenu avec de la potée d'étain et un petit martin. Le polissage se fait à plat et à champ.

Jusque dans le milieu des années 1930, l'électricité n'existait pas à la carrière du Bois-Girard. Alors, comme le bourg était électrifié depuis les années 1920, le polissage s'effectuait chez M. Brangeon, sabotier. Les pierres à polir y étaient transportées. Cette saboterie se situait derrière la boucherie Sourice actuelle, dans l'impasse.

À partir de 1935, cette opération s'est mécanisée avec une polisseuse, dite à grenouillère. Par la suite, les polisseuses furent de plus en plus industrielles, soit au flexible, soit totalement programmées par ordinateur.

Jusqu'en 1950, trois générations de Maupillier se succédèrent et l'entreprise resta importante. Il y eut d'abord son fils, M. René Prosper Maupillier, puis son petit-fils, M. René Georges Maupillier qui naquit le 23 avril 1878. Certes, le matériel de la carrière était peu moderne mais plusieurs dizaines d'ouvriers y travaillèrent à l'extérieur. Le seul outillage mécanique qui fut utilisé dans la carrière se présenta sous la forme de polisseuses et de scies à moteur. Grâce au savoir-faire des ouvriers, la famille Maupillier pourra exporter dans toute la France.
L'entreprise fut cédée par René Georges Maupillier, à M. Grolleau en 1950. En 1956, M. René Georges Maupillier décédera.

M. Grolleau est né en 1905 aux Cerqueux-de-Maulévrier, pays également du granit. Il y avait travaillé en tant que contremaître chez Castagne. Il travaillera par la suite dans une carrière de Saint-Pierre-des-Echaubrognes, chez M. Charrier.
En 1951. M. Grolleau s'associe avec M. Body. Par la suite, il prendra un autre associé jusqu'en 1955, en la personne de M. Fernand Daguisé, un tailleur de pierre. M. Gilles Grolleau se souvient de cette époque où il entra dans la carrière à l'âge de 14 ans. Les temps étaient difficiles car le ciment et le béton supplantaient de plus en plus le granit. Cependant, l'entreprise produisit de belles commandes telles que les chapiteaux de l'église Sainte-Thérèse à Nantes et, entre autres, le monument commémorant la Libération à Issy-les-Moulineaux.

En 1959 et 1960, la carrière du Bois-Girard est équipée en électricité. Alors. M. Grolleau effectuera le polissage sur place. Il achètera même, à cette occasion, une machine munie d'un fil à scier à la grenaille pour le sciage des blocs de granit. Le polissage se modernise avec un investissement dans un outillage muni de disques de plus en plus fins, jusqu'à la dernière étape de cette technique, avec un disque de feutre agissant sur la potée d'étain.

Puis, les années 1960 ramènent pas mal de travail dans les carrières. Beaucoup de particuliers n'hésitent plus à utiliser le granit pour leur maison.

M. Auguste Bureau, qui tenait la station-service, assure, avec son camion, le transport des pièces de granit vers l'extérieur de la carrière.

De plus, à partir de 1965, suite à la réforme liturgique du Concile de Vatican II les églises doivent refaire les autels afin de célébrer, maintenant, la messe face au public. Beaucoup seront taillés dans le granit et sortiront des ateliers des carrières du Bois-Girard et de la Varenne : celui de la basilique de Saint-Laurent-sur-Sèvre ou celui de l'église de Villedieu, par exemple.

Cette même année, M. Gilles Grolleau s'associe avec son père. Il lui succédera en 1971.

M. Gilles Grolleau exploitera la carrière du Bois-Girard jusqu'en 1994.

St Macaire en Mauges - interieur de lEglise colonnes en granit rose de la localite - exploitation Maupillier


Bois-Girard

D'après le Dictionnaire historique: géographique, et biographique de Maine-et-Loire, Tome 1 de Célestin Port il y a deux lieux "Bois-Girard" qui se trouvent près de Saint-Macaire-en-Mauges.

Exploitation Maupillier 

Souvenons-nous,

il y a six ans, le 29 juin 2003, nous étions cousins et cousines rassemblés ici pour la première fois selon le souhait de notre président-fondateur de « Nos-Trois-Branches », le père Maurice Maupilier.

Lieux de Mémoire : la Chapelle St Lazare

Le XII ° siècle voit la lèpre ou « mal de saint Ladre », qui est la forme romane de Lazare, prendre des proportions d'un fléau. Nous avons actuellement beaucoup de difficultés à nous imaginer la gravité et l'importance de ces épidémies qui frappaient toutes les couches de la population au Moyen-Age.